DIY : Désodorisant agrumes et cannelle

0
301
desodorisant-maison-agrumes-cannelle

Bonjour ! Il y a quelques mois, j’ai fait un mikado de désodorisant au romarin fait maison et je l’ai partagé sur les réseaux sociaux. Beaucoup d’entre vous m’ont demandé la recette. Aujourd’hui, je le partage avec vous.

Aujourd’hui, je vais vous dire comment fabriquer un désodorisant domestique à base d’alcool qui est totalement inoffensif. Mais je dois vous dire qu’il faut être très prudent avec les désodorisants vendus dans les supermarchés (de type spray par exemple), l’encens, les huiles à brûler et certaines bougies.  Beaucoup d’entre eux peuvent être très nocifs pour la santé.

Qu’est-ce qu’un désodorisant ?

Selon le RAE, un désodorisant est « une substance destinée à parfumer l’environnement ou à éliminer les mauvaises odeurs ».

Il existe de nombreux types de désodorisants : bâtonnets d’encens, huile essentielle, bougie parfumée, aérosol, spray, mikado (bâtonnets de bois à l’intérieur d’un désodorisant liquide), diffuseurs enfichables…

Selon l’OCU, « certains désodorisants, encens et huiles émettent plus de benzène que le tabac ». Dans cette étude, ils ont analysé 22 désodorisants domestiques qui ont besoin de chaleur directement ou indirectement pour diffuser un arôme (bougies parfumées, huiles brûlées et encens) et ont conclu que beaucoup d’entre eux détériorent la qualité de l’air.

De tous les désodorisants qu’ils ont analysés, les seuls qui soient approuvés sont les bougies. Les huiles et l’encens sont tous deux en suspension en émettant des particules, des composés organiques volatils, des allergènes et du benzène et du formaldéhyde (composés très nocifs).

Quelles sont les substances nocives contenues dans les désodorisants ?

  1. les particules fines. Ce sont les particules qui sont libérées lors de la combustion de l’encens, par exemple, car elles sont très petites (moins de 2,5 microns) ; elles se logent dans les poumons et peuvent provoquer des problèmes respiratoires. La limite idéale est de 12µg/m3, mais dans certains encens, les niveaux sont supérieurs à 5 000 😱
  2. 2. le benzène. Il s’agit d’un hydrocarbure aromatique de formule moléculaire C6H6. Selon l’OCU, ce produit chimique toxique est capable de provoquer une leucémie chez l’homme. Il ne devrait être présent dans aucun désodorisant, mais ils l’ont trouvé dans tous les encens et dans certaines huiles (bien que dans une moindre mesure).
  3. 3. Le formaldéhyde. Il s’agit d’un produit chimique très volatil et inflammable. Elle peut provoquer des maux de tête, une inflammation de la muqueuse nasale et un cancer du système respiratoire (informations de l’OCU). La limite idéale serait de 10 µg/m3 mais certaines huiles dépassent 200.
  4. 4. Les allergènes. Les substances qui peuvent induire une réaction d’hypersensibilité (allergique) chez les personnes sensibles qui ont été en contact avec elles auparavant. L’OCU a recherché les 26 substances les plus allergènes que l’Union européenne exige pour être identifiées dans les cosmétiques et en a trouvé jusqu’à 13 dans un seul produit.
  5. 5. Les substances irritantes. Dans l’étude, ils ont utilisé l’acétaldéhyde comme référence, qui ne devrait pas dépasser 200 µg/m3, mais c’est le cas dans 3 huiles et un encens. C’est un liquide volatil, incolore, à l’odeur caractéristique légèrement fruitée, 20 fois plus toxique que l’alcool.

Recommandations

N’utilisez pas ce type de désodorisant (encens, huiles brûlantes…) par habitude. Ils ne nettoient pas l’air et ne suppriment pas les mauvaises odeurs.

N’utilisez pas de désodorisants dans des endroits non ventilés ou en présence d’enfants, de femmes enceintes ou de personnes souffrant d’allergies ou d’asthme. De meilleures bougies et pas de manière habituelle.

La ventilation est la meilleure option pour améliorer la qualité de l’air.

Désodorisant maison aux agrumes et à la cannelle

Après avoir lu tout ce qui précède, vous avez dû avoir un peu peur.  Nous allons vous proposer une option maison et inoffensive pour fabriquer un désodorisant domestique. Il existe de nombreuses options pour fabriquer des désodorisants domestiques. Ana, du blog Orgánicus, propose trois recettes : un désodorisant à base d’alcool et d’huiles essentielles, un autre à base de bicarbonate et un mikado à base d’huiles essentielles et d’alcool.

Pour l’option que nous allons vous montrer aujourd’hui, j’ai été inspirée par un cours sur les savons et les cosmétiques naturels que notre père (Estirniq) a donné, dans lequel on lui a donné la recette pour faire un colorant végétal (la base de ce désodorisant domestique). J’ai également été inspirée par cette « vidéo de Victoria Moradell (je suis devenue une grande fan de sa chaîne).

Comme je vous l’ai déjà dit, le désodorisant que je vais vous montrer comment fabriquer est à base d’alcool, et il fonctionne de la manière suivante : l’alcool est chargé d’extraire tous les ingrédients et substances actives contenus dans les cellules de la plante que vous lui ajoutez. Ainsi, après quelques jours, il sera coloré.

recette-desodorisant-diy

Ingrédients

  • Alcool de pharmacie (sert également de la vodka, du rhum blanc ou tout autre alcool)
  • Orange, citron, romarin, écorce de bâton de cannelle… (ces ingrédients sont à déguster)

Etapes

Prenez d’abord un bocal en verre que vous avez à la maison, remplissez-le avec vos ingrédients (romarin, orange…) et ajoutez ensuite de l’alcool en haut. Fermez bien le bocal.

desodorisant-agrume

Conservez la bouteille dans un endroit frais et sombre pendant 10 à 15 jours. Après ce temps, il faut filtrer le mélange. Attention, le mélange va se tacher. C’est pourquoi ce processus s’appelle la teinture, car avec elle, on extrait aussi les couleurs de la plante.

alcool-desodoriant-maison
  • Si vous utilisez une plante sèche, la quantité d’alcool doit être dans un rapport de 1:5, c’est-à-dire que pour 100 g de plante sèche, 500 ml d’alcool seraient utilisés.
  • Si vous utilisez une plante fraîche, la quantité d’alcool dont vous avez besoin est moindre et la proportion serait de 1:2, c’est-à-dire que pour 100 gr de plante, vous auriez besoin de 200 ml d’alcool.

Mais c’est pour être très précis, si vous le faites à l’œil nu, l’alcool aura la même odeur, mais c’est pour savoir que si la plante est sèche, vous aurez besoin de plus d’alcool. 😉

Comment utiliser mon désodorisant diy

  • Mikado : mettez le mélange dans une bouteille à goulot étroit (pour que l’alcool ne s’évapore pas trop vite) et mettez quelques bâtonnets de mikado (ceux avec une brochette valent le coup). Vous avez votre mikado fait maison !
  • Pulvérisation : vous pouvez utiliser cette option pour pulvériser quelques ananas, une plante sèche ou quelque chose de poreux afin qu’il soit imbibé d’alcool et qu’il s’évapore peu à peu. Mais faites attention car, comme je vous l’ai déjà dit, le liquide se tache.

 Je vais vous dire à quoi ressemble mon désodorisant fait maison. Les colorants, en plus d’être utilisés comme désodorisant, sont utilisés pour faire des cosmétiques, pour donner des frottements (c’est le cas du romarin), etc. Dans notre cas, il s’agit uniquement de l’utiliser comme désodorisant 😉 Le sujet des colorants, je le laisse à un expert.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici