La liste des espèces exotiques envahissantes

0
19
les-especes-exotiques-envahissantes

Aujourd’hui, les distances n’existent plus, en un instant nous nous trouvons à l’autre bout du monde et les bateaux, les camions et les voitures circulent sans arrêt dans toutes les parties du monde. Pour nous, cela peut être un avantage, visiter des endroits lointains, vivre dans d’autres pays… mais pour la faune, l’apparition d’un « visiteur » de l’autre côté du monde peut être une menace ou même signifier sa destruction totale.

Nous sommes entourés d’espèces exotiques envahissantes, c’est-à-dire de plantes et d’animaux qui vivent au mauvais endroit et déplacent souvent les espèces indigènes, modifiant complètement l’écosystème et constituant l’une des principales causes de la perte de biodiversité dans le monde.

Qu’est-ce que les espèces exotiques envahissantes ?

Les espèces exotiques envahissantes sont des espèces étrangères qui ont été introduites artificiellement, accidentellement ou volontairement et qui, après un certain temps, parviennent à s’adapter à l’environnement et à le coloniser.

Les espèces exotiques (allochtones) sont celles qui peuvent survivre ou se reproduire introduites hors de leur habitat avec l’aide de l’homme. Toutes les espèces exotiques ne sont pas envahissantes. En fait, un très faible pourcentage d’entre elles deviennent problématique pour l’environnement.

Les espèces indigènes (autochtones), n’ayant pas évolué au contact de ces nouvelles espèces, ne peuvent pas leur faire concurrence et sont donc déplacées.

Aujourd’hui, les distances n’existent plus, en un instant nous nous trouvons à l’autre bout du monde et les bateaux, les camions et les voitures circulent sans arrêt dans toutes les parties du monde. Pour nous, cela peut être un avantage, visiter des endroits lointains, vivre dans d’autres pays… mais pour la faune, l’apparition d’un « visiteur » de l’autre côté du monde peut être une menace ou même signifier sa destruction totale.

Nous sommes entourés d’espèces exotiques envahissantes, c’est-à-dire de plantes et d’animaux qui vivent au mauvais endroit et déplacent souvent les espèces indigènes, modifiant complètement l’écosystème et constituant l’une des principales causes de la perte de biodiversité dans le monde.

On estime qu’il y a plus de 12 000 espèces exotiques en Europe, dont environ 10 à 15 % sont envahissantes. Ils sont représentés dans tous les grands groupes : mammifères, amphibiens, reptiles, poissons, invertébrés, plantes, champignons, bactéries et autres micro-organismes. On les trouve dans toutes sortes d’habitats, tant terrestres que marins.

La loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages a introduit dans le Code de l’environnement une section relative au contrôle et à la gestion de l’introduction et de la propagation de certaines espèces animales et végétales. L’inscription entraîne l’interdiction de la possession, du transport, du trafic et du commerce de spécimens vivants ou morts, y compris le commerce extérieur.

Il s’agit d’un problème mondial qui touche tous les pays et qui revêt une importance particulière dans les îles et les archipels. Les effets sont observés dans tous les écosystèmes et, dans certains cas, sont irréversibles.

Les conséquences de l’introduction d’espèces exotiques envahissantes

Elles peuvent être divisées en trois groupes : les conséquences écologiques, économiques et sanitaires.

Conséquences écologiques

Les espèces exotiques envahissantes peuvent déplacer les espèces indigènes, s’hybrider avec elles (pollution génétique) et modifier les conditions des écosystèmes indigènes.

Conséquences économiques

Les espèces exotiques envahissantes peuvent entraîner des pertes dans la production agricole, une réduction de la survie, du succès de la reproduction et de la production des animaux domestiques, une réduction de la quantité ou de la qualité des activités extractives (conchyliculture, pêche, etc.). Le coût de l’élimination des invasions doit également être pris en compte.

Les conséquences sanitaires et sociales

Parfois, les espèces introduites peuvent constituer un réservoir de parasites et d’agents pathogènes et les transmettre directement ou indirectement aux populations indigènes (autochtones).

Par exemple, les ratons laveurs (Procyon lotor) sont porteurs de maladies infectieuses telles que la rage, la maladie de Carré, le parvovirus félin et canin, l’adénovirus canin et la maladie d’Aujeszky, également appelée pseudo-grippe.

Les espèces exotiques envahissantes présentes en France

Le catalogue des espèces exotiques envahissantes en France compte plus de 180 espèces, dont certaines sont parmi les plus dangereuses selon l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) :

Algue Caulerpa taxifolia

Introduit en Méditerranée vers 1984, probablement avec des déchets de l’aquarium de Monaco.  A étouffé les prairies sous-marines de posidonies où de nombreuses espèces se reproduisent.

Algue Wakame (Undaria pinnatifida)

Récemment inscrite au catalogue, cette algue comestible originaire du Japon, de Corée et de Chine est arrivée en France dans les années 1980 et s’est répandue dans toute la bande atlantique.

Carpe commune (Cyprinus carpio)

Il a également été ajouté au catalogue il y a quelques jours. C’est un poisson d’eau douce originaire d’Asie qui a été introduit sur tous les continents.

Crabe rouge américain (Procambarus clarkii)

La première introduction de ce crabe a eu lieu dans les marais du Guadalquivir à des fins commerciales (1974) et s’est ensuite répandue dans toute la péninsule ibérique. Il entre en compétition avec l’écrevisse indigène (Austropotamobius pallipes) et lui transmet une maladie fongique.

Herbe de la pampa (Cortaderia spp.)

Une plante d’Amérique du Sud qui a commencé à se répandre après s’être « échappée » d’une culture en 1969. En France, la situation la plus grave se trouve dans l’Aquitaine, où elle envahit les espaces naturels.

Moule zébrée (Dreissena polymorpha)

Espèce originaire de la mer Noire et de la mer Caspienne, elle a envahi de nombreuses rivières en France et s’étend actuellement aux rivières d’Europe. Comme elle consomme beaucoup de phytoplanctons (algues microscopiques), il laisse le reste de l’espèce sans nourriture. Il est également porteur de certains parasites.

Moustique tigre (Aedes albopictus)

Introduit en France à partir du marché de l’Asie du Sud-Est. Il s’agit d’une espèce qui transmet des maladies parasitaires à l’homme.

Charançon rouge du palmier (Rhynchophorus ferrugineus)

Détecté pour la première fois en France en 2006 dans le Sud-Est, il est ensuite apparu dans d’autres régions. Il attaque et tue les palmiers, ce qui représente un danger pour la survie des palmiers indigènes.

Tortue de Floride (Trachemys scripta)

Il s’agit de l’une des 100 espèces envahissantes les plus nuisibles au monde. On les trouve dans tous les types d’eau douce, qu’ils soient naturels ou artificiels : embouchures de rivières, systèmes d’irrigation, étangs, réservoirs, etc. Elle est en concurrence avec les tortues d’eau douce ibériques indigènes (tortue d’étang méditerranéenne Mauremys leprosa et tortue d’étang européenne Emys orbicularis).

Vison d’Amérique (Mustela (Neovison) vison)

Introduit dans la péninsule ibérique à la fin des années 1950, suite à des évasions des premiers élevages d’animaux à fourrure de Ségovie et de Pontevedra. C’est un fort concurrent du vison d’Europe (Mustela lutreola) car le vison d’Amérique est plus agressif et a des portées plus importantes.

Comment lutter contre les espèces exotiques envahissantes ?

  1. Plantez votre jardin avec des espèces indigènes de la région où vous vivez. Si vous avez déjà des plantes exotiques, ne laissez pas les déchets de taille sur le terrain.
  2. Recherchez des informations sur les espèces exotiques envahissantes dans votre région.
  3. Si vous voyagez à l’étranger, n’emportez pas d’animaux ou de plantes provenant de l’étranger.
  4. N’introduisez aucune espèce exotique dans la nature pour la pêche ou la chasse. Il s’agit d’une infraction pénale.
  5. N’abandonnez pas votre animal à la campagne. Si vous ne pouvez pas vous en occuper, faites-en don à une autre personne ou à une entité responsable.
  6. Si vous souhaitez avoir un animal de compagnie, adoptez un chien ou un chat dans un refuge. Une espèce exotique est moins adaptée à la vie avec nous et pourrait vous causer des problèmes.

J’ai omis beaucoup d’informations sur l’article. Mais j’espère que l’on comprend bien ce qu’est une espèce envahissante et ce qu’elle n’est pas. Je me suis concentré sur la France, mais vous trouverez sur le site de Invasive Species Specialist Group des informations sur les espèces envahissantes dans d’autres pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici