Ecrit par 0h00 Bien-être Views: 161

Quelles plantes médicinales sont riches en silicium ?

Qu’est-ce que le silicium et où le trouve-t-on ?

Le silicium (Si) est le deuxième élément le plus abondant dans la lithosphère (28%), derrière l’O2 (47,4%) et le troisième élément trace le plus abondant dans le corps humain.

On le trouve principalement dans le sol, sous forme minérale, bien que, contrairement à d’autres éléments, le silicium ne se trouve pas à l’état libre mais forme des composés inorganiques naturels, dans lesquels il est présent sous forme de silice [dioxyde de silicium (SiO2)], d’acides siliciques et de silicates (sels d’acide silicique).

Quels aliments contiennent du silicium ?

Le silicium dans les organismes vivants

Le Si est présent dans les plantes en quantités équivalentes aux macronutriments tels que Ca, Mg et P. Le Si constitue entre 0,1 et 10% du poids sec des plantes supérieures. En comparaison, le Ca est présent dans des valeurs allant de 0,1 à 0,6% et le S de 0,1 à 1,5%.

L’assimilation du Si par les organismes vivants se produit dans une grande variété d’organismes, notamment les diatomées, les éponges, les mollusques et les plantes supérieures. Certaines espèces ont un grand contrôle sur les structures qu’elles génèrent avec le Si, allant de dimensions nanométriques à macroscopiques.

L’attention s’est portée sur les rôles possibles des biopolymères et des membranes occlus dans la formation de structures telles que les frustules. Cependant, le mécanisme biosynthétique exact qui contrôle la polymérisation du Si dans les systèmes vivants est encore inconnu.

L’élucidation de ce mécanisme pourrait contribuer à expliquer les besoins en Si pour la formation du squelette des mammifères et pourrait conduire au développement de nouvelles voies pour la synthèse de composés à base de Si.

Malgré les quantités importantes de silicium présentes dans certains aliments, il est parfois présent sous une forme insoluble et ne peut être absorbé directement dans le tractus gastro-intestinal.

Le silicium présent dans les aliments est solubilisé dans l’environnement acide de l’estomac et devient de l’acide orthosilicique [Si(OH)4], qui peut ensuite être absorbé. Le processus de vieillissement est associé à une augmentation du pH gastrique, qui diminue la capacité à convertir le Si des aliments en formes biodisponibles.

En général, le terme silicium organique est utilisé pour désigner les formes de silicium susceptibles d’être absorbées par l’organisme, pour les différencier d’autres formes, comme la silice (SiO2), qui sont moins bien absorbées.

Plantes médicinales riches en silicium

La prêle (Equisetum arvense L.) contient dans ses tiges stériles des sels minéraux abondants (15-20% des cendres), notamment siliciques (5-10% du poids sec), du potassium, du magnésium, de l’aluminium et du manganèse.

Il contient également des stérols, des acides phénoliques, des flavonoïdes et des alcaloïdes en abondance. En plus de ses actions diurétiques et reminéralisantes, il a également été démontré qu’il avait une action antioxydante.

Dans la tige verte, les pousses et l’exsudat du bambou : Bambousa arundinacea (Retz.) Willd., on trouve une forte teneur en silicium organique, en fer, en potassium et en calcium. La teneur en silicium organique est de 50 à 70 %, soit environ 10 fois plus que la prêle.

Les feuilles aériennes/sumens de l’ortie (Urtica dioica L.) contiennent de la chlorophylle a et b (2,5-3%), des caroténoïdes (ß-carotène), des flavonoïdes, des sels minéraux (fer, calcium, silice, soufre, potassium, manganèse), des acides organiques et des mucilages, comme principes actifs les plus représentatifs.

Elle est traditionnellement considérée comme une plante diurétique, dépurative, reminéralisante, anti-inflammatoire et anti-anémique. Il a été utilisé comme adjuvant dans le traitement de l’arthrite, de l’arthrose et/ou des affections rhumatismales.

Avantages du silicium

Les Asiatiques et les Indiens ont un apport en silicium beaucoup plus élevé que les populations occidentales, en raison de leur consommation plus importante d’aliments d’origine végétale. Il est intéressant de noter que dans ces communautés, l’incidence de la fracture de la hanche est plus faible qu’en Occident.

Les résultats de différentes études montrent que le Si est important dans le processus d’ossification, notamment dans la synthèse du collagène et du tissu osseux, et suggèrent qu’il est essentiel d’éviter la toxicité du Al.

L’interaction entre le Si monomère [Si(OH)4], également appelé acide orthosilicique ou simplement acide silicique, et le polyhydroxy-Al a été prouvée.

D’autres effets du Si dans l’alimentation animale ont été mis en évidence dans des expériences de privation de Si chez des rats en croissance depuis le début des années 1970. Ces expériences ont montré une diminution de la taille et des défauts marqués dans les os et le tissu conjonctif des animaux.

Chez les femmes ménopausées souffrant d’ostéoporose, la supplémentation en Si inhibe la perte osseuse et augmente le volume de la matrice osseuse et la densité minérale osseuse.

D’autre part, des études menées sur des chevaux nourris au Si ont montré que les concentrations de Si dans le plasma augmentaient après 30 jours, et que sa concentration dans le lait des juments augmentait significativement après 45 jours, ainsi que dans le plasma de la progéniture nourrie au Si.

Quelles sont les plantes les plus riches en silicium ?

Prêle des champs

La prêle (Equisetum arvense L.), contient dans ses tiges stériles des sels minéraux abondants (15-20% des cendres), notamment siliciques (5-10% du poids sec), du potassium, du magnésium, de l’aluminium et du manganèse.

Il contient également des stérols, des acides phénoliques, des flavonoïdes et des alcaloïdes en abondance. En plus de ses propriétés diurétiques et reminéralisantes, il a également été démontré qu’il possède des propriétés antioxydantes.

Bambou

La tige verte, les pousses et l’exsudat du bambou : Bambousa arundinacea (Retz.) Willd. contiennent du silicium organique, du fer, du potassium et du calcium. La teneur en silicium organique est de 50 à 70 %, soit environ 10 fois plus que la prêle.

Ortie

Les feuilles aériennes/sumens de l’ortie (Urtica dioica L.) contiennent de la chlorophylle a et b (2,5-3%), des caroténoïdes (ß-carotène), des flavonoïdes, des sels minéraux (fer, calcium, silice, soufre, potassium, manganèse), des acides organiques et des mucilages, comme principes actifs les plus représentatifs.

Elle est traditionnellement considérée comme une plante diurétique, dépurative, reminéralisante, anti-inflammatoire et anti-anémique. Il a été utilisé comme adjuvant dans le traitement de l’arthrite, de l’arthrose et/ou des affections rhumatismales.

Visited 161 times, 1 visit(s) today
Fermer