Ecrit par 0h00 Bien-être Views: 9

Comment reconnaître une personne atteinte du syndrome de Diogène ?

Lorsque nous pensons au syndrome de Diogène, l’image qui nous vient à l’esprit est celle de pompiers essayant d’accéder à une maison pleine d’ordures, d’objets et de déchets, et de voisins agacés par les conditions insalubres que cela crée pour le voisinage. Les personnes souffrant du syndrome de Diogène accumulent des objets inutiles, tels que des déchets, et ne respectent pas les règles d’hygiène et de soins personnels.

Il s’agit de personnes, le plus souvent âgées, qui vivent confinées chez elles, isolées de la société et qui restent volontairement dans des conditions d’extrême pauvreté parce qu’elles ne sont pas conscientes de ce qu’elles possèdent, puisqu’elles amassent de grosses sommes d’argent dans des recoins de la maison et sur des comptes bancaires. 

Nous avons tous une certaine tendance à garder les choses au cas où, au cas où nous en aurions besoin à un moment donné, mais comment en arrive-t-on là, que doit-il se passer pour entrer dans une telle boucle sans même s’en rendre compte ?

Facteurs de risque du syndrome de Diogène

  • Posséder certains traits de personnalité, comme être maussade, méfiant, introverti, hostile, dominant ou indépendant.
  • Avoir des difficultés à s’attacher à des personnes, mais pas à des animaux ou à des objets.
  • Traumatismes ou événements de la vie qui n’ont pas été surmontés, tels que pertes affectives, décès de personnes importantes, rejet par des membres de la famille, retraite non désirée, perte de statut, etc.
  • Avoir des comportements qui peuvent s’aggraver avec le temps, comme la collection.
  • Vivre dans la solitude et manquer de contact avec le monde extérieur.
  • Souffrir d’un trouble mental ou d’une pathologie antérieure.
  • Vivre avec une personne atteinte du syndrome de Diogène, car lorsque deux personnes âgées vivent ensemble, l’une d’entre elles peut facilement entraîner l’autre dans cette situation.

Cela permet de différencier le trouble entre :

  • Ceux qui n’ont pas de pathologie psychiatrique et ce sont des événements stressants de la vie qui les ont conduits à une telle situation.
  • Ceux qui souffrent de troubles psychiatriques et que l’apathie qui les caractérise les a empêchés de se débarrasser d’objets et de déchets, allant jusqu’à l’accumulation, tels que :
    • Les troubles de la personnalité, principalement les troubles obsessionnels compulsifs (TOC).
    • La schizophrénie et autres troubles psychotiques.
    • les toxicomanies, en particulier l’alcoolisme
    • Dépression
    • La démence

A savoir

Lorsque les voisins visualisent et dénoncent les conditions dans lesquelles vit la personne, plusieurs années se sont déjà écoulées depuis le début des symptômes. Cela signifie que, pendant longtemps, le problème est venu de l’intérieur et que, jour après jour, il s’est aggravé jusqu’à dépasser les limites de l’habitation.

Comment se développe le syndrome de Diogène ?

  • Au début, ce qui prédomine est une accumulation passive, un abandon semblable au comportement des adolescents qui accumulent des vêtements sur des chaises ou de la vaisselle non lavée.
  • Plus tard, l’accumulation commence à avoir un ordre anormal sans suivre aucun critère logique ou rationnel.
  • Finalement, la personne finit par accumuler activement et non seulement elle ne se débarrasse pas des déchets qu’elle produit, mais elle va les chercher à l’extérieur, par exemple dans des conteneurs.

Comment aider une personne atteinte du syndrome de Diogène ?

Pour aider une personne atteinte du syndrome de Diogène, il est nécessaire d’obtenir son consentement, étant donné qu’elle est adulte et qu’elle n’est pas atteinte d’une maladie psychiatrique ou d’une maladie neurodégénérative. Le problème est que, n’ayant pas conscience de sa maladie et ayant de surcroît une personnalité paranoïaque qui lui fait penser que ce sont les autres qui ont un problème et qu’ils ne veulent que leur faire du mal en leur prenant leurs biens les plus précieux, elle a tendance à rejeter l’aide sociale et le traitement qui lui sont proposés et finit par revenir rapidement à son mode de vie antérieur.

Mais s’ils acceptent de travailler ensemble pour aller mieux et sont prêts à changer, l’intervention ou le traitement devrait inclure les lignes directrices suivantes :

S’attaquer aux problèmes de nutrition et d’hygiène.

Nettoyer soigneusement les déchets accumulés en contactant une entreprise spécialisée.

Intervenir sur leur régime alimentaire pour qu’ils prennent du poids et atténuent les effets négatifs sur le corps d’une alimentation inadéquate.

Améliorer leur hygiène personnelle afin qu’ils ne soient pas rejetés lorsqu’ils se présentent aux autres.

Introduire des mesures préventives pour éviter que la maladie ne se reproduise.

Contactez une institution gériatrique où la personne concernée peut être placée et, si cela n’est pas possible, faites appel à une aide à domicile pour bénéficier d’un soutien social.

Impliquer les proches et leur faire comprendre qu’il s’agit d’une maladie et non d’une détérioration de l’âge.

Suivi régulier par des visites à domicile et coordination avec les services de santé.

Travail psychologique par le biais d’une thérapie.

  • Corriger les pensées concernant l’arrivée imminente d’une nouvelle situation d’extrême pauvreté et le besoin d’accumuler.
  • Travailler sur les traumatismes non résolus.
  • Reconstruire leur histoire en récupérant les aspects fonctionnels.
  • Traiter les pathologies mentales associées.

Utiliser un traitement pharmacologique si nécessaire. En particulier pour les addictions, les obsessions très fortes pour aider à contrôler l’anxiété et s’il y a des délires.

Si vous avez des doutes sur la possibilité qu’un membre de votre famille développe ce type de trouble, il est important de vérifier si l’un des facteurs de risque susmentionnés commence à se manifester. Généralement, les premiers symptômes observables sont un comportement maussade et un isolement volontaire avec confinement à domicile. Il est donc important de surveiller les personnes âgées vivant seules et d’envisager de leur rendre visite plus souvent, car ce type de comportement pourrait constituer une stratégie préventive exceptionnelle pour le développement du trouble.

Il convient toutefois de noter que le syndrome de Diogène peut facilement être confondu avec d’autres formes de pathologie, comme le trouble de la thésaurisation.  Ce dernier se distingue du premier par le fait que le comportement ne dépasse pas les limites du domicile, de sorte que les personnes concernées n’importunent pas les voisins, qu’elles n’ont pas à renoncer à l’hygiène, à la propreté et aux soins personnels, qu’elles sont jeunes et qu’elles sont conscientes de souffrir d’une maladie, mais qu’elles cherchent des excuses sentimentales pour ne pas se débarrasser de leurs objets.

Le syndrome de Diogène technologique

À propos, saviez-vous qu’il existe des thésauriseurs technologiques, également appelés info-obsessionnels, qui accumulent des informations ou des fichiers numériques ? Ils ressentent le besoin de se tenir au courant des dernières nouvelles, avancées et tendances et sont incapables de se défaire de l’information en la classant et en l’ordonnant de manière compulsive.

Visited 9 times, 1 visit(s) today
Fermer