Ecrit par 9h40 Lifestyle Views: 12

La vie rurale, ce que c’est et comment l’adopter

quitter-ville-et-adopter-mode-de-vie-rural

Changez votre vie pour un environnement avec plus de paysages verts et moins d’asphalte. Nous avons passé beaucoup de temps à réfléchir à la manière de procéder et à rechercher différentes options. Nous avons passé plusieurs années à visiter des fermes, des terres, des villages et des écovillages jusqu’à ce que nous choisissions notre nouvelle maison. En réalité, il existe de nombreuses façons d’opérer ce changement, mais mon expérience me permet de les regrouper en quatre types, en fonction des besoins de chaque famille ou individu.

Les 4 types de personnes qui décident de quitter la ville pour la campagne

  • Les personnes qui veulent changer de ville pour un village sans modifier leur vie actuelle. Il s’agit simplement d’améliorer l’environnement, de réduire le stress dû à la lumière et au bruit, d’augmenter le contact avec la nature ?
  • Les personnes qui veulent déménager dans un nouvel endroit avec un bout de terrain : un champ ou un potager, pour améliorer leur alimentation et leur santé.
  • Les personnes qui préfèrent aller s’occuper et travailler dans une ferme, une maison de campagne, avec un travail et un contrat.
  • Les personnes qui souhaitent opérer un changement plus radical et aller vivre dans une communauté ou un écovillage. Dans un endroit plus isolé et repeuplé, où tout est débattu à la base et dirigé en assemblée.

Nous avons d’abord cherché un terrain et une fois que nous l’avons eu, nous voulions construire une maison sur la ferme choisie. Nous avons trouvé un terrain en 2011 et nous n’avons pas encore pu y construire pour des raisons économiques, mais nous vivons dans le centre urbain le plus proche de notre terrain, un petit village de 500 habitants.

Notre maison a 200 ans, elle est vieille et a besoin d’un entretien constant, mais elle est située dans un bel environnement que nous aimons. Ici, nous avons aussi le confort quotidien de pouvoir aller à pied à l’école, à la pharmacie, chez le médecin ou au magasin, et pour ma famille, c’est l’option qui répond à nos besoins.

À quoi ressemble le mode mode de vie rural ?

Il est curieux de constater à quel point nous connaissons peu la vie rurale, la façon dont les gens vivaient il y a un peu plus de 60-70 ans dans de petits villages entourés de campagne. Ici, nous avons eu la chance de rencontrer des gens merveilleux qui nous ont montré et enseigné comment ils utilisaient les fruits et les récoltes de chaque saison, comment ils vivaient dans les fermes et quels aliments ils plantaient.  La vie se déroulait de manière cyclique et naturelle.  Ils se préoccupaient surtout de ne pas manquer d’eau, de nourriture et d’abris. Ces gens étaient étroitement liés à leur environnement naturel et à ce que la terre pouvait leur offrir à tout moment.

J’adore parler avec mes grands-parents et apprendre tout ce qu’ils savent sur tel ou tel sujet. Recueillir la sagesse de nos ancêtres, apprendre comment ils conservaient et entretenaient la nourriture lorsque celle-ci n’était pas de saison. Planter, récolter et manger ce qui était de saison chaque mois. Apprendre à connaître les plantes sauvages qui poussent dans les champs et le long des routes. Les meilleurs moments pour cueillir les champignons de peuplier, les mûres et les figues. Et vous pouvez imaginer le genre de vie qu’ils menaient, à dos d’âne jusqu’aux fermes, récoltant le blé à la main, lavant le linge au lavoir, labourant, cuisinant et vivant. Peu se considéraient comme pauvres, ils mangeaient bien, ils étaient riches en nourriture, ils savaient cultiver les bonnes choses et ils savaient tuer le cochon.

Nous avons cherché à nous orienter vers cet ensemble d’expériences. Nous voulions apprendre à vivre à la campagne, à vivre plus lentement, en lien avec la terre et ses saisons, à avoir moins et de meilleure qualité.

La vie rurale englobe les travaux des champs, les soins aux animaux, la cuisine quotidienne pour la consommation et la mise en conserve. Savoir pétrir le pain et faire des gâteaux, savoir fabriquer du savon pour se laver et nettoyer, savoir raccommoder ses vêtements pour qu’ils durent plus longtemps, savoir vivre en achetant peu et en parvenant à consommer et à s’autogérer autant que possible avec ce que l’on a.  L’autosuffisance et la durabilité vont de pair dans la vie rurale.

Le travail dans le monde rural

L’une des choses qui empêchent de nombreuses personnes de quitter la ville pour le village est la peur de ne pas trouver de travail, de ne pas gagner d’argent. Le monde rural offre le meilleur de tous les temps, le travail primaire et primordial, le soin et le travail de la terre et la récolte de ses fruits. Le monde rural offre des champs abandonnés par l’exode massif vers la ville au milieu du siècle dernier. Il suffit de regarder les zones les plus dépeuplées de la péninsule pour découvrir de vastes étendues de terres stériles, à proximité de villes et de villages très peu peuplés.

L’agriculture, l’horticulture, la sylviculture, l’apiculture et l’élevage ne sont peut-être pas les métiers les plus attrayants pour certains. Ils demandent des heures et des efforts, mais je découvre de plus en plus de projets et d’entrepreneurs qui émergent dans ces endroits plus dépeuplés. Des petites entreprises qui sauvent le métier d’agriculteur, d’apiculteur ou de maraîcher, des petits producteurs qui privilégient la qualité de leurs bons produits, leur donnent la valeur qu’ils méritent et créent une marque et un style.

Dans les villages, il est difficile de trouver une usine où l’on travaille du lundi au vendredi de 6h à 14h

Si votre intention est de déménager sans changer de style ou d’habitudes de vie, c’est compliqué. Il faut venir au village avec l’esprit ouvert et les mains libres, pour créer quelque chose à soi ou pour travailler dans ce qui est proposé : restauration, assistance, services, petites entreprises…

Dans les villages, les routes sont mauvaises et l’internet a tendance à être plus lent. Il n’y a pas de fibre ou de câble, mais il y a plus de routes, une communication verbale avec les voisins et, surtout, nous avons un air et une eau de meilleure qualité, moins de pollution et plus de nature.

Nous ne manquons pas de travail. Nous cultivons toute l’année, nous conservons, nous entretenons la ferme et la maison du village, nous construisons, nous soignons… Nous avons appris à apprécier les petites choses, à consommer ce que nous avons, à ne pas avoir besoin de tant, à utiliser nos forces dans notre maison et dans nos champs.

Ici, je vends des produits du jardin et de l’huile, je donne des conférences et des ateliers à l’école et je fais du travail en ligne. Ici, nous gagnons notre vie, comme partout ailleurs dans le monde, pour gagner l’argent dont nous avons besoin.  Au village, nous essayons de vivre une vie de plus en plus simple, une vie humble et rurale, où avoir moins, c’est être plus.

Témoignage de Christine

Visited 12 times, 1 visit(s) today
Fermer