Notions de base : Mes pas vers une vie sans déchets

0
24
concept-zero-dechet-mieux-comprendre

Zéro déchet, zéro gaspillage… Aujourd’hui, c’est le troisième volet de notre nouvelle section « Concepts de base ». Après avoir parlé d’écologie et d’empreinte carbone, c’est au tour d’un concept très à la mode ces derniers temps : le zéro déchet.

Nous en avons parlé il y a quelque temps dans l’article Zéro déchet. Moins, c’est plus, dans lequel, en plus de passer en revue les personnalités les plus marquantes du monde du zéro déchet cette année-là, nous vous avons donné quelques conseils pour réduire vos déchets.

Aujourd’hui, je vais vous expliquer comment je pense que nous en sommes arrivés là et ce que je fais pour avoir une vie plus « zéro déchet ».

Que veut dire zéro déchet ?

Le zéro déchet est une philosophie de vie qui nous encourage à réduire nos déchets au maximum, à réutiliser au maximum et surtout à réduire notre consommation, car c’est de là que vient le principal problème, nous sommes accros à la consommation.

Le concept de zéro déchet a commencé à être mieux connu grâce à Bea Johnson, auteur du blog Zero Waste Home et du livre du même nom.  À partir de là, l’idée a commencé à germer et quelque chose qui semblait un peu hippie et fou a commencé à paraître très cohérent pour nous tous. Si l’un des plus gros problèmes du monde est celui des déchets, pourquoi ne faisons-nous pas quelque chose pour en produire moins ? Et si chacun d’entre nous le faisait à la maison ?

Comment passer au zéro déchet ?

En fait, cette philosophie du zéro déchet n’a pas été inventée par Bea Johnson, loin de là. Tout cela était normal avant la révolution industrielle, lorsque la majorité de la population vivait de l’agriculture et de l’élevage et qu’il n’y avait pas de « consommation » telle que nous la connaissons aujourd’hui.

À partir de la révolution industrielle, nous avons progressivement commencé à devenir de plus en plus consuméristes et les grandes entreprises ont réalisé que la fabrication de produits durables comme les bas en nylon n’était pas une affaire, elles ont donc inventé l’obsolescence programmée.

Et à partir des années 50-80, nous avons commencé à consommer comme des fous des produits jetables : télévisions, voitures, meubles, vêtements, produits de nettoyage, cosmétiques, téléphones portables, ordinateurs, décoration, etc. Des produits conçus dans une économie linéaire où chacun d’eux avait une vie utile et naissait et mourait (du berceau à la tombe). Les tombes de ces produits sont des décharges, des usines de recyclage ou souvent un inconnu.

Que faire pour réduire sa production de déchet ?

En tant qu’êtres vivants, nous allons TOUJOURS générer des déchets, c’est évident, le zéro déchet chez un être vivant n’existe pas. La première chose à faire est de changer nos habitudes de consommation. Ne faites pas d’achats impulsifs et n’accumulez pas d’objets pour le plaisir.

Il existe de nombreux conseils pour une vie avec moins de déchets, je suis sûr que vous en avez lu et entendu un milliard. L’essentiel est de consommer de manière responsable, de regarder les étiquettes, d’ignorer la publicité, d’ignorer les modes, l’économie circulaire ?

Nous savons tous qu’en raison de notre mode de vie, de notre lieu de résidence, de notre situation économique, etc., il est souvent impossible d’atteindre le zéro déchet. Mais il est important que petit à petit, nous intégrions des petits gestes dans notre vie quotidienne, je vais vous dire ce que nous avons intégré dans notre vie quotidienne.

10 conseils pour commencer vie sans déchets

1. Nous avons adopté les savons solides pour le corps et cheveux

Même si pour être honnête je n’ai pas trouvé le savon idéal (j’en ai essayé plusieurs) et j’alterne une bouteille de shampoing bio avec le savon en barre… ma peau est un peu bizarre… Je n’utilise pas de produit spécial pour exfolier ma peau, juste un gant de luffa pour le corps et un disque pour le visage. Je fais aussi de temps en temps un gommage avec du sucre et du café.

2. Produits de beauté et cosmétiques

J’utilise uniquement une crème pour le visage, une crème pour le corps et de l’huile de coco pour le démaquillage. Mes produits de maquillage sont : un fond de teint, un crayon brun, un mascara noir et un crayon à lèvres (tous bio) et les autres que j’ai ont mille ans et je devrais les nettoyer maintenant… Pour me démaquiller, j’utilise une lingette en coton bio ou des disques réutilisables avec de l’eau chaude et de l’huile de coco. Je me lave également le visage avec du savon fait maison.

3. J’ai commencé à faire mes propres produits de nettoyage

Je suis ravie de mon nettoyant universel, je nettoie maintenant les salles de bains avec du bicarbonate de soude, du vinaigre et mon nettoyant. Pour la vaisselle, je n’ai pas encore trouvé la formule parfaite, car je n’ai pas de lave-vaisselle et le savon naturel (Castile ou lézard) ne fonctionne parfois pas bien avec l’eau froide.

4. Je lis la presse en ligne

Je ne me souviens pas de la dernière fois où j’ai acheté un journal

5. J’échange des vêtements avec mes amies

Profitant des allées et venues de mes amies, j’en profite pour emprunter des vêtements qu’elle ne peut pas porter, ce qui me permet de changer de garde-robe. Je n’achète presque jamais de vêtements et si je le fais c’est par extrême nécessité, la dernière fois c’était des sous-vêtements et non, ce n’était pas durable (mon économie ne me permet pas de le faire même si j’aimerais bien).

6. Passer à la coupe menstruelle, je n’ai pas encore essayé

Pourquoi ? Parce que j’ai vu un article d’une amie dans lequel elle parlait de sa mauvaise expérience avec la coupe menstruelle et j’ai eu peur. Maintenant, je ne fais que repousser l’échéance… mais plus jamais !

7. J’utilise des serviettes de table en tissu

Cela permet de réduire considérablement les déchets, car si vous utilisez une serviette en papier pour chaque repas, vous pouvez faire le calcul…

8. Je transporte mes fruits et légumes dans mes sacs

Contribuer à un environnement plus durable ! À l’exception de la roquette, que je ne peux pas trouver en vrac, je transporte le reste des fruits dans mes propres sacs DIY.

9. Je n’achète plus de bouteilles d’eau en plastique

J’utilise une bouteille en acier ou en verre recyclé (pour l’eau gazeuse).  Comme je ne bois pas de boissons gazeuses, je n’en achète pas non plus, pas plus que je ne bois de jus en bouteille, bien que je boive une bière de temps en temps…

10. J’ai réduit l’achat de produit emballés

Ici, je n’arrive pas à atteindre zéro car nous sommes deux et il arrive que des biscuits et non durables ou un sachet de chips tombent dans notre panier de course… mais nous sommes humains, n’est-ce pas ?

11. Appareils électriques

J’ai un ordinateur d’occasion (avec un chargeur qui a été réparé plusieurs fois et plein de ruban adhésif) et un téléphone portable que j’ai gagné dans un jeu concourt il y a plus de 4 ans. Nous n’avons qu’une télévision qui devait être jetée mais nous l’avons réparée nous-mêmes. Je n’ai pas de console vidéo ni de lecteur DVD. J’ai un micro-ondes, un mixeur, un four, une plaque vitrocéramique, une machine à laver et un fer à repasser (que j’utilise à peine…). Et je n’ai pas de lave-vaisselle (ce dernier point à mon grand regret). Mes déchets électriques se limitent donc à une ampoule ou un tube fluorescent occasionnel.

12. Je n’achète pas d’objets décoratifs

Seulement quelques cadres pour accrocher des photos ou des images. Pour l’instant, dans mon salon, je n’ai qu’une ficelle avec des photos et un tableau que j’ai acheté à une ONG il y a des années. J’aime les souvenirs, les coquillages que je ramasse sur la plage ou les cadeaux qui m’ont été offerts et qui ont une signification pour moi. Mais je n’aime pas décorer la maison sur Pinterest avec des objets qui ne me disent rien.

13. Le compost comme allié d’une vie durable

C’est l’élément qui a le plus réduit notre poubelle, qui peut maintenant tenir des semaines et des semaines sans se remplir. Nous avons la chance que notre province ait mis en place des bacs à compost communautaires, ce qui nous a beaucoup aidés à mener une vie plus durable.

Je suis sûr que j’ai oublié beaucoup de choses. Mais comme vous pouvez le constater, ma vie n’est pas 100% durable ou zéro déchet. Je fais ce que je peux dans le contexte dans lequel je vis notamment dans la salle de bain où j’ai pu réduire au maximum le plastique. Vivre sans générer de déchets est impossible et si quelqu’un vous dit que c’est 100% zéro déchet, il vous ment. Comme je l’ai dit plus haut, si nous sommes vivants nous générons des déchets oui ou oui. La différence entre l’un et l’autre réside dans la manière dont nous gérons ces déchets et notre mode de consommation. Ce sont ces deux éléments qui feront la différence. Rien d’autre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici